Des grenouilles et un merle chanteur

Dimanche dernier, le 31 mai 2020, je suis sorti entre 3 et 4 heure du matin et me suis rendu sur la Base de Loisirs du Lac de Créteil. Je suis parti avec mon micro Pettersson M500 à ultrason et une tablette pour enregistrer les séquences prises avec le microphone. Mon objectif était de capter les croassements de grenouilles afin de pouvoir les analyser à mon retour avec le logiciel BatSound Touch Lite fourni avec le M500.

 

Ultrasons et grenouilles ?

Mais quel rapport entre un microphone à ultrason et le chant des grenouilles me direz-vous ?
En effet, si le microphone M500 est vendu comme un microphone à ultrasons, il capte malgré tout l’ensemble des fréquences de 0 Hz à 200 kHz. A l’aide du logiciel BatSound on peut donc visualiser le spectre de fréquences d’un enregistrement tant dans l’audible jusqu’à 20 kHz et donc au-delà pour les ultrasons dont c’est la fonction principale. Mais en tant qu’électronicien de formation, le dépassement de fonction fait également partie de mon mode de pensée !

Ainsi, on peut donc enregistrer une séquence complète et la visualiser ensuite afin de voir dans quelles gammes de fréquences émettent tels ou tels espèces.
Par exemple, dans le graphique ci-dessous, on voit nettement une chauve-souris en chasse dans le haut du spectre et le chant des grenouilles dans le bas.

Séquence chauve-souris et grenouille

Cliquez sur les images pour les agrandir

On peut également voir que peu avant 20s les chants de grenouilles faiblissent lorsque la chauve-souris se rapproche, le signal de celle-ci devenant plus marqué. Comme les grenouilles sont parfois au menu de certaines espèces de chauve-souris il est possible qu’elles aient développé une écoute des ultrasons afin de diminuer les croassements lorsqu’elles détectent la présence d’une chauve-souris… mais cela ne reste qu’une supposition !

 

Analyse spectrale du chant des grenouilles

Mais revenons-en à l’objectif principal de ma sortie. Si l’exemple précédent est particulièrement intéressant, il n’en va pas de même pour les grenouilles !
Comme nous pouvons le voir sur le visuel suivant, elles émettent en effet durant environ 1/10e de seconde des cris compris entre 1,5 et 4,5 kHz ainsi qu’entre 8 et 10,5 kHz. Chaque croassement étant espacé de 3/100e de seconde. Bref, rien de bien excitant 😉

Analyse spectrale grenouille

 

Le chant du merle avant le lever du jour

Il arrive assez souvent qu’on soit un peu déçu par une sortie mais il arrive tout aussi souvent qu’on se retrouve face à une bonne surprise inattendue !
Et ce matin là, alors que j’étais en train d’effectuer le derush des enregistrements de grenouilles, j’entendis un merle peu avant 5 heures chanter sur un balcon en face du mien. Je ressortis donc mon matériel et commençait à enregistrer. Malheureusement, celui-ci ne resta que peu de temps et je n’ai donc pu enregistrer qu’une séquence de 30 secondes, mais quelle séquence !
La voici en mode audible, puis nous passerons aux visualisations spectrales des 4 vocalisations contenues dans cet enregistrement :

Et vous trouverez donc ci-dessous les spectres en fréquences de chacune des 4 vocalisations de l’enregistrement précédent et avouons-le quelle diversité dans les modulations pour un simple passereau !!!
Dommage que la séquence ait été aussi courte mais imaginez-vous la quantité d’informations qui passent dans un tel signal et encore je vous rappelle que pour un oiseau la quantité d’infos qu’il perçoit est 400 fois plus complexe que ce que nous pouvons nous-même entendre !

Merle séquence 1

Séquence entre 3 et 5,5 sec.

Merle séquence 2

Séquence entre 10 et 14,5 sec.

Merle séquence 3

Séquence entre 18 et 21 sec.

Merle séquence 4

Séquence entre 26 et 29 sec.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *